Comment les Anglo-Saxons voient les marchés en 2018

BlackRock, Fidelity International, JP Morgan AM, Franklin Templeton : ces quatre sociétés de gestion américaines jouissent d’une réputation mondiale. Elles nous livrent leur vision des marchés pour 2018, entre opportunités et risques, et nous présentent leur produit phare pour l’année à venir.

« On vient de fêter les dix ans de la grande crise et on ne s’est jamais aussi bien portés », statue Vincent Juvyns, stratégiste chez JP Morgan AM. L’enthousiasme est de mise en cette fin d’année 2017. Volatilité minime, risque politique en baisse et croissance tout autour du globe ont porté la valorisation des actifs risqués.

L’Europe, en particulier, a réussi à surprendre les investisseurs avec un retour de la croissance plus élevé qu’espéré. La non-réalisation des multiples risques politiques décelés en début d’année aura contribué à ce retour en fanfare des marchés du Vieux Continent.

Pour autant, le contexte n’est pas tout rose avec un niveau de valorisation très élevé sur les actions comme sur les obligations qui doit inciter à la prudence. « Les investisseurs sont trop complaisants sur le prix des actifs car le coût de l’argent est très faible », estime Elsa Goldberg, gérante du fonds Global Macro chez Franklin Templeton.

Chez BlackRock, l’optimisme côtoie la prudence. « Il y a assez peu de chance que 2018 soit aussi positive que cette année », concède Isabelle Mateos y Lago, directrice générale du BlackRock Investment Institute.

En avant toute sur les actions !

L’année prochaine, malgré leur prix, les actions devraient rester au centre de tous les intérêts grâce à la bonne tenue de la croissance mondiale et au redémarrage de l’investissement.

Chez Fidelity, on croit pour de bon aux actions européennes malgré la douche froide de 2015, où la défaillance des pays émergents – importants débouchés de nos entreprises - avait compromis le potentiel de croissance de la région. Cette fois, le contexte est bien plus porteur. « En 2017, pour la première fois depuis dix ans, les résultats des entreprises sont meilleurs qu’anticipés, souligne Sébastien Petit, directeur actions européennes chez Fidelity International. Aujourd’hui, nous sommes surpondérés sur l’Europe car la croissance des résultats pourrait bientôt être supérieure en Europe qu’aux États-Unis. »

Chez JP Morgan AM, on privilégie aussi les vieilles économies avec une surpondération des États-Unis et de l’Europe. « Nous faisons le pari du secteur des technologies, qui ne nous semble pas survalorisé, précise Vincent Juvyns. La banque peut aussi être un secteur intéressant car il profitera de la remontée des taux. »

Focus sur les marchés émergents

Les émergents sont aussi à la fête. D’abord, les entreprises des pays émergents sont bien positionnées pour profiter du rebond de la croissance cyclique. « De plus, la part des émergents dans la croissance mondiale est bien supérieure à leur pondération dans les portefeuilles des investisseurs », souligne Isabelle Mateos y Lago. Un afflux de capitaux pourrait donc venir soutenir les marchés. Selon la stratégiste de BlackRock, le retour des flux sur cette zone en 2017 n’amoindrit pas le potentiel pour 2018 car on est encore loin des niveaux record.

Les pays émergents intéressent aussi côté dette. En offrant un rendement élevé, ils offrent en effet un coussin amortisseur en cas de remontée des taux. « Chez Franklin Templeton, nous vendons la dette des pays développés pour nous positionner sur les obligations émergentes en devise locale, explique Elsa Goldberg. Mais il faut rester sélectif, nous privilégions la croissance domestique et les pays qui mettent en place des réformes structurelles (Argentine, Brésil, Inde Indonésie), moins sensibles aux chocs externes. »

Principal risque de la classe d’actifs : une hausse des taux aux États-Unis, entraînant une remontée du dollar et donc un rapatriement de capitaux outre-Atlantique. « Certaines devises émergentes pourraient être négativement impactées mais le risque de baisse nous semble limité car ces devises ne sont pas chères à l’heure actuelle », estime Elsa Goldberg.

Le risque politique, toujours présent

Les sociétés de gestion anglo-saxonnes ne font pas l’impasse sur le risque politique mais, étonnamment, toutes ne le situent pas au même endroit. Chez Franklin Templeton, les revendications nationalistes dans les pays européens sont un facteur d’instabilité à surveiller. L’immigration et l’euroscepticisme ne sont pas réglés. « La cohésion politique nous semble beaucoup plus fragile aujourd’hui qu’en 2011 au cœur de la crise de la zone euro », estime Elsa Goldberg.

A contrario, chez l’américain BlackRock, c’est l’électron libre Donald Trump qui inquiète. Selon Isabelle Mateos y Lago, « l’essentiel du risque politique se trouve à la maison Blanche avec les négociations sur la politique commerciale américaine (Alena, OMC). En cas d’échec des négociations, cela risque de sabrer le moral des investisseurs. »

Trois fonds pour 2018

Franklin Templeton IF Global Total Return (DICI)

Ce fonds d’obligations s’affranchit totalement des contraintes d’indice. Ainsi parmi les premières lignes figuraient fin novembre 2017 le Mexique, le Brésil, l’Inde et l’Indonésie, pourtant peu représentés dans les grands indices (moins de 3 % de l’indice en cumulé). L’exposition aux devises est aussi activement pilotée avec des paris forts à la hausse (dollar, peso mexicain…) comme à la baisse (euro, yen…). Attention, cette part libellée en euros n’est pas couverte contre le risque de change ce qui lui a été défavorable depuis le début de l’année, la performance calculée en euros étant dans le rouge alors qu’en dollar, elle est positive (+ 4,97 %).

Société de gestion : Franklin Templeton Investments
Code Isin : LU0260870661
Catégorie Morningstar : Obligations International
Notation Morningstar(1) : ★★★★★
Indice de référence : Bloomberg Barclays Multiverse Index
Profil de risque du DICI(2) : 5/7
Performance depuis le début de l’année : - 5,54 % (indice : - 3,88 %)
Performance 3 ans : + 9,29 % (indice : + 12,19 %)
Performance 5 ans : + 24,13 % (indice : + 15,20 %)

Données au 31/10/2017


FF Nordic Fund (DICI)

Centré sur les pays européens nordiques, ce produit cible la Finlande, la Norvège, le Danemark et la Suède. Pour dégager de la performance, le gérant est attentif aux prix de ces sociétés déjà bien valorisées et va chercher des entreprises moins connues voire mal aimées par les investisseurs mais pour lesquelles il décèle un potentiel à long terme. Le portefeuille est construit sans contrainte. Il est très concentré : à fin novembre les 10 premières lignes pesaient plus du tiers de l’actif. Le portefeuille comporte actuellement plus 50 % de valeurs industrielles.

Société de gestion : Fidelity International
Code Isin : LU0048588080
Catégorie Morningstar : Actions Europe du Nord
Notation Morningstar(1) : ★★★★
Indice de référence : FTSE World Nordic Total Return EUR
Profil de risque du DICI(2) : 5/7
Performance depuis le début de l’année : - 13,50 % (indice : 15,20 %)
Performance 3 ans : + 57,70 % (indice : + 35,20 %)
Performance 5 ans : + 135,50 % (indice : + 99,70 %)

Données au 30/11/2017


BGF New Energy (DICI)

Voici un support qui investit à l’échelle mondiale au moins 70 % du total de son actif en actions de sociétés actives dans les énergies nouvelles. Les entreprises du charbon, du pétrole et du gaz sont donc bannies. Quelques exemples parmi les plus fortes pondérations du portefeuille à fin novembre 2017 : les énergéticiens NextEra Energy et Schneider Electric, l’électricien Enel ou encore le fabricant d’éoliennes Vestas. Des sociétés des secteurs du transport ou de la construction, impliquées dans la transition énergétique, intègrent aussi le fonds.

Société de gestion : BlackRock
Code Isin : LU0171290074
Catégorie Morningstar : Actions Secteur Energies Alternatives
Notation Morningstar(1) : ★★★
Indice de référence : -
Profil de risque du DICI(2) : 5/7
Performance depuis le début de l’année : + 8,47 %
Performance 3 ans : + 21,26 %
Performance 5 ans : + 62,22 %

Données au 30/11/2017

(1) Notation Morningstar™ : Il s'agit d'une mesure de la performance ajustée du risque et des frais d'un fonds au sein d'une catégorie Morningstar™. Les fonds reçoivent une notation sur 3 ans et, s’ils ont suffisamment d’historique, sur 5 ans et 10 ans. La note « globale », calculée à partir des notes à 3, 5 et 10 ans est celle qui est publiée par défaut. Les notations Morningstar™ sont réalisées au niveau européen, par rapport aux catégories de fonds. Elles sont fournies par Morningstar. Une notation ne constitue pas une recommandation d'achat, de vente ou de maintien de quelque investissement que ce soit.
(2) Cet indicateur de risque est extrait du Document d’Informations Clés pour l’Investisseur (DICI). Calculé sur une échelle de 1 à 7, il permet de connaître le risque potentiel afférent au support. Plus le chiffre est élevé plus le risque est élevé et le rendement escompté typiquement plus élevé. Retrouvez également le détail des risques liés au fonds dans le DICI.

AVERTISSEMENT : Les unités de compte comportent un risque de perte en capital. Il n’existe pas de garantie en capital des sommes investies sur ces supports. L’assureur ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte mais pas sur leur valeur. La valeur de ces unités de compte n’est pas garantie mais sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse, dépendant en particulier de l’évolution des marchés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Les performances indiquées ci-dessus et dans les différents documents (DICI, reporting...) sont nettes des frais de gestion du support concerné et brutes des frais de gestion du contrat.

Mis à jour le 14/12/2017

01 44 76 87 60
De 8h30 à 19h00
Du lundi au vendredi