Des cas de sortie anticipée prévus

Le Madelin étant un produit d’épargne retraite, il s’envisage dans une optique de long terme. Il est qualifié de « produit tunnel » parce qu’il est impossible de procéder à des rachats, mêmes partiels, pendant la phase de constitution d’épargne, c’est-à-dire pendant la vie active de l’adhérent. Une fois ouvert, le contrat ne peut donc pas en principe être fermé. Les sommes sont bloquées.

Mais qui dit principe, dit exceptions. En effet, dans certains cas limitativement prévus par la loi, il est possible d’effectuer un rachat total. Ce retrait qui revêt un caractère exceptionnel est versé en une fois sous la forme d’un capital et met donc fin à l’adhésion.

D’un point de vue fiscal, il est exonéré d’impôt sur le revenu. En revanche les gains restent assujettis aux prélèvements sociaux.

Cas de déblocages anticipés
L'invalidité
Le décès du conjoint ou du partenaire de Pacs
Le surendettement
L'expiration des droits aux allocations chômage
La cessation d'activité non salariée à la suite d'un jugement de liquidation judiciaire

Bon à savoir

Contrairement aux contrats d’assurance vie ou bien aux contrats de capitalisation, les avances sont strictement interdites dans le cadre d’un Madelin.


Que se passe-t-il en cas de décès de l’adhérent avant le départ à la retraite ?

Si l’adhérent venait à décéder avant la retraite, le Madelin peut prévoir des garanties complémentaires, à l’image d’une rente viagère versée aux bénéficiaires désignés.

Mis à jour le 04/03/2019

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 19h00
Le samedi de 9h30 à 13h00