Des versements sur mesure

Le PERP est ouvert à tous, quel que soit le statut professionnel.
Ainsi si l’adhérent endosse plusieurs statuts professionnels au sein de sa vie active (salarié, chef d’entreprise, profession médicale…), il pourra toujours alimenter son contrat et bénéficier de ses bienfaits.
Il n’y a aucune contrainte numérique, il est donc tout à fait possible de détenir plusieurs PERP au sein d’un même foyer fiscal. Les versements sont libres. Il n’y a aucune obligation quant aux montants qui doivent être versés et leur périodicité. L’adhérent alimente son plan, à son rythme, par le biais de versements libres ou bien programmés (mois, trimestre, semestre, an).
À l’instar d’un contrat d’assurance vie, les versements réalisés sont placés, selon le profil d’investisseur de l’adhérent, sur le fonds en euros et/ou sur des unités de compte. Ceci étant, à la différence du contrat d’assurance vie, le fonds en euros est obligatoirement cantonné. En d’autres termes, c’est un fonds dédié au PERP. Il affiche les mêmes qualités qu’un fonds en euros classique d’un contrat d’assurance vie : la garantie en capital, la liquidité et l’effet de cliquet qui sécurise annuellement les intérêts générés.

Une gestion à la carte

Le PERP peut donner accès à différents types de gestion qui ne sont pas cumulables mais qui peuvent être modifiées à tout moment : par exemple la gestion pilotée (sécurisation progressive du capital) ou bien encore la gestion libre.

Tout d’abord, la réglementation impose aux établissements gestionnaires de proposer une sécurisation progressive du capital (qu’on appelle aussi gestion à horizon). La répartition entre le fonds en euros et les unités de compte varie selon une grille légale établie en fonction de la durée restant à courir avant le départ à la retraite. Plus celui-ci approche, plus la quote-part du fonds en euros s’amplifie. Ainsi, si la date prévisionnelle du départ en retraite du souscripteur est dans 15 ans, la part minimale du fonds en euros s’établit à 40%. En revanche, si la fin de la vie active est prévue dans moins de 2 ans, le fonds en euros pèsera au moins 90% de l’encours. L’épargne est donc sécurisée au fur et à mesure que l’horizon de la retraite approche.
À côté de cette sécurisation progressive du capital, il peut être proposé une gestion pilotée qui s’adapte au profil de l’investisseur. Par exemple, une gestion pilotée dynamique.

Par ailleurs, il est également possible d’opter pour la gestion libre. Dans ce cas-là, l’adhérent construit sa propre allocation d’actifs selon son profil d’investisseur préalablement déterminé. Il choisit les supports dans lesquels il souhaite investir entre le fonds en euros et les unités de compte éligibles.
Des options d’arbitrages programmés, à l’image de la sécurisation des plus-values ou bien encore du rééquilibrage automatique peuvent l’aider à piloter sa stratégie d’investissement.

Mis à jour le 01/03/2019

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 19h00
Le samedi de 9h30 à 13h00