EDR : un debut de saison avec des resultats encourageants

EDR : un debut de saison avec des resultats encourageants

Nous allons vous parler de la saison de publications des résultats qui a réellement démarré, de Pékin qui se dit prêt à laisser temporairement de côté les objectifs climatiques et des mouvements les plus marqués qui ont été sur les taux d’emprunt d’Etat.

La saison de publications des résultats a réellement démarré au cours de la semaine même si moins de 20% des entreprises ont publié pour l’instant. Les premières impressions sont positives avec plus de 80% des entreprises qui enregistrent des résultats supérieurs aux attentes aux Etats-Unis, chiffre au-dessus de la moyenne historique. Cela a soutenu les actions américaines qui progressent, le S&P 500 retrouvant ses plus hauts niveaux historiques. L’avancée des négociations et la perspective d’un accord sur les nouveaux volets de relance, compte tenu des dernières interventions de Joe Biden, a aussi bénéficié au marché.

En Chine, Pékin a envoyé un signal clair en se disant prêt à laisser temporairement de côté les objectifs climatiques pour réagir face à l’impact grandissant sur la croissance chinoise de la remontée des prix de l’énergie, qui engendre également des coupures de production. De plus, la prise de parole de la banque centrale chinoise indiquant que la situation était gérable et que la crise systémique serait évitée, a permis aux actions chinoises de rebondir.

Les mouvements les plus marqués ont été sur les taux d’emprunt d’Etat. En effet, le taux à 10 ans allemand a retrouvé ses plus hauts de l’année. Il a repris 10 points de base, repassant la barre symbolique des -0,1%. Le taux à 10 ans américain se rapproche lui du niveau de 1,70%, qui avait été brièvement dépassé fin mars. Les investisseurs s’inquiètent toujours d’une persistance de l’inflation, au vu de l’ampleur de la hausse des prix de l’énergie et des conséquences des contraintes d’approvisionnement sur les coûts de production.

Cela a davantage pénalisé les actions européennes qui demeurent stables sur la semaine, les investisseurs commençant à anticiper une réaction de la BCE. Elles pâtissent aussi de moindres performances sur les valeurs cycliques avec quelques déceptions sur les résultats, notamment dans le secteur automobile.

Dans ce contexte, la balance des risques nous fait conserver notre position neutre sur les actifs risqués. En effet, les poussées inflationnistes pourront avoir des conséquences négatives sur les marges des entreprises et les politiques monétaires des banques centrales. Cependant, la demande finale reste toujours forte, les stocks des entreprises sont au plus bas et les taux réels négatifs leur sont favorables. Sur les marchés de taux, nous privilégions toujours le crédit. Si nous maintenons notre position prudente sur les obligations souveraines, nous avons néanmoins remonté la duration compte tenu de la hausse récente des taux.

Mis à jour le 26/10/2021

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h30
Le samedi de 9h30 à 13h00