Quel impact de la crise sanitaire sur le patrimoine des Français ?

Quel impact de la crise sanitaire sur le patrimoine des Français ?

Pendant la crise sanitaire, les Français ont accumulé un gigantesque et inédit surplus d’épargne. Où cette épargne s’est-elle bien greffée ? Les placements préférés ont-ils été prisés ? Découvrez les réponses au travers de l’analyse chiffrées et détaillée de l’Insee(1).

Entre le 1er trimestre 2020 et le 1er trimestre 2021, la Banque de France fait état d’un surplus d’épargne financière à hauteur de 142 milliards d’euros d’épargne. C’est énorme.

La peur de l’avenir, l’absence de distractions et le report de projets sont autant de raisons qui nous ont poussé à jouer à la fourmi.

Est-ce que la pandémie a fait évoluer les comportements d’épargne ?

Pas forcément. C’est en tout cas ce qui ressort de l’étude très détaillée de mai 2022 réalisée par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) : « Depuis 2018, la détention de patrimoine est restée globalement stable, tout comme ses principales composantes (immobilière et financière), alors que l’augmentation du patrimoine des ménages observée pendant la crise sanitaire aurait pu se traduire par une augmentation de détention d’actifs ». Puis de préciser : « Les ménages semblent avoir favorisé les supports déjà ouverts pour placer ce surplus d’épargne. Quelques recompositions du patrimoine s’observent néanmoins sur la période (2020 -2021) : la détention de Livret A se stabilise après un net recul sur la période précédente (2015 -2018), la détention d’assurance vie et d’épargne-retraite progresse, tandis que l’épargne-logement recule ».

Le livret A reste le placement préféré des Français

Ainsi, alors que le Livret A avait subi une désaffection entre 2015 et 2018 en raison de sa faible rémunération (0,75 % en août 2015), le placement a suscité un vif intérêt pendant la pandémie, alors même que les rendements étaient devenus encore moins attractifs (0,50% à compter de février 2020). Devant toute l’épargne amassée, les caractéristiques inhérentes du Livret A ont de nouveau séduit les Français (absence de risque de perte en capital, exonération totale, liquidité à tout instant). Le placement a ainsi drainé à lui tout seul 26,39 millions d’euros en 2020 (source : Caisse des Dépôts et Consignation), contre 12,64 millions d’euros l’année précédente. En termes de détention, 73,5 % des ménages ont déclaré détenir un tel produit début 2021 (contre 73,2% en 2018).

Sans conteste, le Livret A a conservé sa place de placement préféré des Français !

L'assurance vie progresse depuis 2010

Avec 40,5 % des ménages possédant au moins un contrat début 2021, l’assurance vie constitue le 2e placement financier chouchou des Français… certes bien loin derrière le Livret A. C’est 1,3 point de plus qu’en 2018. Mais pour les observateurs du marché, l’accumulation d’épargne liée au contexte sanitaire ne justifie pas cette hausse du taux de détention. Pour l’Insee, celle-ci serait surtout liée à la « poursuite d’une tendance plus longue de recours accru à ce produit depuis 10 ans. De fait la détention d’assurance vie progresse de manière contenu depuis 2010 (+5,5 points) ».

6 Français sur 10 propriétaires d'un bien immobilier

Et quid de l’immobilier ? L’épargne-logement, qui regroupe le PEL (Plan Épargne-Logement) et le CEL (Compte Épargne Logement), a perdu de son attractivité au fil des ans. Si, début 2021, 30,4 % des Français déclaraient posséder de tels placements, ils étaient 33,2% en 2018. La faible rémunération attendue (pour les CEL) et la fiscalisation sont les principales raisons de cette baisse d’attractivité.

Quant à l’investissement immobilier, il représente incontestablement la pierre angulaire du patrimoine des Français, puisque 61,2 % des ménages affirmaient être propriétaires début 2021. Une proportion stable depuis 10 ans. Dans les détails, 57,5 % des ménages étaient propriétaires de leur résidence principale et 19,2% possédaient un autre logement (résidence secondaire, logement vacant, loué ou mis à disposition gratuitement). Si la part de détention de résidences principales est stable depuis 2018, elle est toutefois en légère augmentation s’agissant de la détention d’autres logements (+0,9 point), tirée par le nombre croissant d’achats de résidences secondaires (effet Covid ?).

L’étude de l’Insee nous apprend aussi que près de 9 Français sur 10 détenaient un produit financier (autre qu’un compte courant) début 2021. 89,2 % pour être précis. Par ailleurs, 16,2 % déclaraient posséder des actifs professionnels (entreprises, terres, bâtiments, fonds de commerce exploités ou non par le ménage dans le cadre d’une activité professionnelle).

Autre information intéressante, 12,6% des ménages attestaient posséder les trois classes d’actifs suivantes : patrimoine financier, patrimoine immobilier et patrimoine professionnel.

Enfin seulement 7,8 % des ménages détenaient un patrimoine financier diversifié comprenant au moins un livret d’épargne, un produit d’épargne-logement, des valeurs mobilières et un produit d’épargne-retraite ou assurance vie.

Pour conclure, l’Insee fait valoir que si la première année de la crise sanitaire, l’épargne s’est massivement greffée sur les actifs déjà détenus (en particulier les comptes courants et les livrets d’épargne rémunérés), « il semblerait que les ouvertures de compte soient plus nombreuses fin 2021. D’après la fédération des assurances, le phénomène est très marqué pour les Plans d’Épargne-Retraite (PER) et les assurances vie ».

À chaque âge son patrimoine

Détention d'actifs patrimoniaux début 2021 selon l'âge de la personne de référence du ménage

Âge de la personne de référence du ménageRésidence principaleÉpargne-logementLivret défiscaliséAssurance vieValeurs mobilières
Moins de 30 ans 16,9% 26,4% 87,6% 22,1% 8,6%
30-39 ans 47,0% 29,6% 87,0% 33,4% 14,4%
40-49 ans 57,3% 33,0% 85,8% 38,0% 19,8%
50-59 ans 61,3% 35,9% 83,2% 42,3% 17,8%
60-69 ans 65,7% 31,7% 79,7% 46,4% 16,4%
70 ans ou plus 71,0% 25,1% 81,0% 48,2% 18,4%


Lecture : Début 2021, 85,8% des ménages dont la personne de référence avait entre 40 et 49 ans détenaient au moins un livret défiscalisé. 46,4% des ménages dont la personne de référence avait entre 60 et 69 ans possédaient au moins un contrat d'assurance vie.

Source : Insee, enquête Histoire de vie et Patrimoine 2020-2021



 



 

(1)Source : Insee (Institut national de la statistique et des études économiques). La composition du patrimoine des ménages évolue peu à la suite de la crise sanitaire. Le 3 mai 2022.

Mis à jour le 31/05/2022

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h30
Le samedi de 9h30 à 13h00