LE FONDS EDR EURO SUSTAINABLE EQUITY: UN FONDS LABELISE ISR

  1. Marc Halperin
  2. Gérant actions européennes
  3. Edmond De Rothschild Asset Management (France)
Marc Halperin nous parle de l’actualité de Edmond De Rothschild Asset Management et du fonds labélisé ISR : EDR Euro Sustainable Equity.

Parmi tous vos fonds, EDR Euro Sustainable Equity attire notre attention de par ses performances et sa thématique : 11,35% de performance depuis le début de l’année, 600 millions d’euros sous gestion en valeur responsable. Pouvez-vous nous parler de votre actualité et notamment de la gestion opérée depuis la crise sanitaire ?
Marc Halperin : Edmond de Rothschild SICAV Euro Sustainable Equity est un fonds labélisé ISR investi en actions de toutes capitalisations de la zone Euro selon une approche Best in Universe. Nous avons également souhaité aligner le fonds avec les objectifs de la Cop 21 qui vise à réduire le réchauffement climatique. Ainsi, nous intégrons, lors de la sélection des entreprises mais aussi dans la gestion quotidienne du fonds, l’Accord de Paris qui vise à limiter la hausse des températures à 2°C. Notre portefeuille affiche aujourd’hui une trajectoire de 1,85°C. Parallèlement il est important de rappeler que nous sommes investis sur presque tous les secteurs et n’adoptons donc pas une approche thématique : EdRS Euro Sustainable Equity est donc un fonds « généraliste » aligné avec les objectifs de la COP 21.

En 2020, nous avons profité de la correction importante et sans discrimination, intervenue lors de l’éclatement de la crise sanitaire en février, pour tirer parti de points d‘entrée probablement historiques sur de nombreuses valeurs que nous suivions depuis longtemps. Nous avons ainsi introduit, puis renforcé des valeurs de qualité davantage cycliques, qui avaient fortement baissé à compter de mi-mars ; et allégé ou sorti des valeurs plus défensives qui avaient bien résisté. Nous avons entré des sociétés comme Hermès, ASML, Symrise ou Biomérieux et avons poursuivi en renforçant des valeurs plus midcaps en portefeuille. Nous avons en contrepartie vendu des titres comme Orpéa ou SCOR, et réduit des titres comme Roche, Novo Nordisk, KPN, L’Oréal ou Iberdrola particulièrement résilients dans la baisse, tout en diminuant les liquidités détenues en portefeuille autour de 3%.

Nous continuons de privilégier une approche équilibrée entre les secteurs en surpondérant notamment les secteurs de la santé, de la chimie verte, ou encore de la construction. Nous restons en dehors des sociétés aux bilans trop endettés qui nous paraissent à risque et sommes tactiquement un peu plus prudents compte tenu de l’importante hausse intervenue sur le marché.

Quelles sont vos convictions pour les mois à venir ?
Marc Halperin : Nous pensons que l’environnement bousier pourrait devenir plus volatil. Une éventuelle remontée des taux pénaliserait les valeurs « chères » que l’on retrouve notamment dans les Semi-conducteurs ou le Luxe sur lesquels nous sommes peu positionnés. Nous sommes également vigilants sur les valeurs les plus cycliques exposées à la remontée du prix des matières premières et à la Chine à l’instar des biens d’équipements, des boissons ou des constructeurs automobiles. Nous estimons que la qualité des sociétés en portefeuille leur permettra de passer ces hausses de prix au client final grâce à leur « pricing power ». Nous sommes par exemple positionnés sur les banques qui devraient selon nous bénéficier de la remontée des taux comme Crédit Agricole, BNP ou Nordea. Notre portefeuille est également exposé à la réouverture des économies avec des sociétés telles que JC Decaux, Amadeus ou Wordline, ainsi que du déploiement du plan de relance européen avec des valeurs comme Enel, Orsted, Neste, Schneider ou Kingspan.

Nos lecteurs en sont fans, pouvez-vous nous parler de valeurs pépites détenues au sein du fonds ?
Marc Halperin : Nous sommes positionnés sur le ferroviaire avec des valeurs comme Getlink qui exploite le Tunnel sous la Manche ou Knorr-Bremse, leader mondial des systèmes de freinage pour les trains : deux acteurs qui bénéficieront également des plans de relance qui seront déployés à partir de 2022.

Nous détenons quelques valeurs de petites ou moyennes capitalisations qui, par leur forte capacité d’innovation, apportent des solutions concrètes aux défis du développement durable. Il s’agit par exemple de Rational, numéro 1 mondial des fours haut de gamme pour les restaurants permettant une cuisson moins gourmande en énergie et en matières grasses ou Waga Energy, une introduction en bourse récente, qui détient une technologie innovante et unique de récupération et de valorisation du méthane issu des déchetteries.

Enfin, pour sortir de l’ordinaire, nous vous proposons de vous prêter au jeu du portrait chinois. Si EDR Sustainable Equity était :
Marc Halperin :

Une stratégie financière ? Une gestion « long-long only » : nous sélectionnons et accompagnons les entreprises sur le long terme.
Une action cotée en Bourse ? Schneider : un groupe créé en 1836 qui a su se réinventer pour se positionner en pointe en matière de transition énergétique.
Un monument parisien ? La Pyramide du Louvre : jugée iconoclaste lors de sa construction, remporte aujourd’hui l’adhésion.
Une région viticole ? La Rioja. Notre groupe est en effet engagé dans plusieurs activités non-financière, dont la viticulture. Animés par leur quête des meilleurs terroirs et la découverte des cépages locaux, Benjamin et Ariane de Rothschild avaient l’ambition de produire un grand vin en Espagne. Alliant prouesses technologiques et savoir-faire traditionnel, la Bodega Benjamin de Rothschild & Vega Sicilia, produit deux vins d’excellence : Macán et Macán Clasico. Tous deux exprimant les meilleures caractéristiques du cépage traditionnel de la région, le tempranillo.

Mis à jour le 24/02/2022

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h30
Le samedi de 9h30 à 13h00