LE FONDS GLOBAL DISRUPTIVE OPPORTUNITIES ADOPTÉS PAR LES CONSOMMATEURS

  1. Vincent Roynel
  2. Responsable commercial Le Comptoir Amundi & CPR
  3. CPR Asset Management
Vincent Roynel nous parle de CPR Asset Management et du fonds de « disruption » : Global Disruptive Opportunities, ses valeurs et ses convictions.

Interview achevée de rédiger en juin 2021

Pouvez-vous nous présenter votre société de gestion ? Quelle est sa marque de fabrique ?
Vincent Roynel : CPR AM est une société de gestion d'actifs innovante et en pleine croissance, filiale indépendante à 100% d'Amundi. Son expertise en matière d'investissement couvre les principales classes d'actifs et segments de clientèle. C’est d’ailleurs au sein de CPR AM qu’est logé Le Comptoir, la marque dédiée aux CGP du groupe Amundi. Le Comptoir donne accès aux meilleures expertises du groupe sur une gamme complète de produits (actions, taux, monétaire, allocation d’actifs, SCPI…) et met à disposition une équipe commerciale dédiée pour accompagner les CGP sur le long terme.

La marque de fabrique de CPR AM réside d’abord dans son profil de boutique : la société associe l’agilité et la réactivité que lui permet sa taille humaine aux ressources de sa maison mère qui est le premier gérant d’actifs en Europe. L’investissement responsable est par ailleurs au cœur de sa philosophie de gestion. CPR AM a constitué une méthodologie propre de prise en compte des facteurs de risque ESG dans l’ensemble de ses fonds, et développe une gamme de fonds à impact afin que ses investissements correspondent à des externalités positives sur l’environnement et la société.

Le fonds investi dans des sociétés qui prônent la disruption. Derrière ce concept d’actualité, que se cache-t-il vraiment ?
Vincent Roynel : Le phénomène de « disruption » se définit comme un processus par lequel un produit, un service ou une solution parvient à être massivement adoptée par les consommateurs et perturbe l’ordre existant. Les entreprises disruptives sont dotées d’un potentiel surplus de croissance de par leur capacité à innover à ce point radicalement qu’elles transforment leurs marchés ou en créent même de nouveaux.

Si la disruption a jalonné l’histoire (pensons à l’imprimerie, à la pénicilline ou encore à l’ampoule), les dernières grandes innovations présentent la particularité d’avoir proliféré avec une célérité sans précédent et bouleversé profondément nos modes de vie, de consommation et de travail. Intelligence artificielle, robotique, biotechnologies, cybersécurité, agriculture de précision… ont tous la disruption pour point commun. La force de ce phénomène, et partant de cette thématique d’investissement, est donc de toucher tous les secteurs : si l’économie digitale est évidemment un point d’ancrage fort pour la disruption, la santé, l’énergie, les transports, l’industrie, et même l’éducation, sont également et tout autant concernés.

En tant que thématique d’investissement, la disruption est donc vectrice de croissance et porteuse de diversification. Elle est nous l’avons vu, multisectorielle, et rassemble en outre des entreprises aux profils très différenciés : de la jeune pousse innovante qui introduit la disruption au grand groupe historique qui s’y adapte pour maintenir ses parts de marché. Elle permet donc à un gérant de portefeuille de construire un portefeuille équilibré et aisément recomposable en fonction des régimes de marché, mais constamment exposé aux moteurs structurels de croissance liés à la disruption.

Pouvez-vous nous donner des exemples de valeurs disruptives détenues au sein du fonds ?
Vincent Roynel : Citons par exemple Palo Alto Networks, l’un des principaux acteurs mondiaux de la cybersécurité, qui s’est fait connaître en lançant un pare-feu de nouvelle génération pour la sécurité informatique des entreprises. L’entreprise s’efforce désormais de mettre à profit ses excellents résultats en la matière pour développer une vision plus complète de la sécurité autour du Cloud, et est un bénéficiaire clé de la transformation digitale et du passage au Cloud.

Dans le secteur industriel, citons Nidec, qui fabrique des moteurs, miniatures ou de très grande taille, pour tout ce qui « tourne et bouge ». L’entreprise est présente dans une grande variété de filières : électroménager, robotique, machinerie industrielle, composants automobiles… Elle devrait notamment profiter de la demande croissante et des incitations publiques en faveur des véhicules électriques.

Le fonds se veut multisectoriel. Quels sont malgré tout, les secteurs qui attirent particulièrement votre attention pour les prochains mois ?
Vincent Roynel : Les mesures de distanciation sociale mises en œuvre partout dans le monde ont accéléré la digitalisation du quotidien des entreprises et des individus. Nos convictions se portent vers le Cloud, qui est clé pour la survie des entreprises, ou encore vers les Fintech qui profitent de l’augmentation massive des paiements digitaux. Le Big Data devrait quant à lui tirer profit du déploiement de la 5G.

Par ailleurs, l’urgence de la lutte contre le réchauffement climatique et les plans de relance gouvernementaux devraient favoriser les Cleantech, ou technologies vertes, qui ont un rôle dans la transition vers une économie à faible émission de carbone.

Enfin, nous accordons également de l’intérêt aux secteurs qui bénéficient de la normalisation de l’activité économique. C’est le cas de la robotique et des véhicules autonomes et électriques dans l’industrie, ou encore des MedTech (prothèses, imagerie, diagnostique…) dans la santé.

Dans un univers en perpétuelle évolution, comme faites-vous pour suivre l’innovation et détecter les futures success stories ?
Vincent Roynel : L’excellente connaissance des entreprises de l’univers d’investissement est essentielle dans la gestion thématique, puisqu’elle est une gestion de conviction. L’équipe de gestion du fonds suit de très près les actualités de l’univers disruptif et s’implique dans une analyse fondamentale poussée des entreprises qui le composent.

Les rencontres, même virtuelles en période de distanciation sociale, avec ces entreprises sont par ailleurs fréquentes et essentielles pour acquérir une complète compréhension de leur activité.

Enfin les gérants du fonds peuvent compter d’une part sur l’expertise complémentaire des autres membres de l’équipe Actions Thématique, avec qui ils échangent au quotidien, et sur les analystes du groupe Amundi, qu’ils consultent fréquemment sur la situation d’une entreprise ou d’un secteur.

Mis à jour le 21/07/2021

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h30
Le samedi de 9h30 à 13h00