LE FONDS Avenir Mid-cap Europe

  1. Cyrille Carrière
  2. CEO et Directeur
  3. Gestion de Lonvia Capital
Cyrille Carrière nous parle de Lonvia Capital, ses valeurs et ses convictions. Nous nous sommes également intéressés au fonds Avenir Mid-Cap Europe.

Interview achevée de rédiger en avril 2021

LONVIA Capital a été fondée l’année passée. Pouvez-vous nous en dire plus sur ses particularités et sur sa raison d’être ?
Cyrille Carrière : Nous avons décidé de fonder Lonvia Capital avec Cyril de Vanssay, qui travaille à mes côtés depuis de nombreuses années. Notre ambition est de poursuivre, avec des moyens renforcés et de nouvelles perspectives de croissance, notre philosophie de gestion appliquée avec succès depuis de nombreuses années sur le segment des petites et moyennes valeurs européennes.

De nombreux porteurs nous avaient régulièrement marqué leur soutien et leur envie de voir émerger une société de gestion indépendante reprenant et développant notre savoir-faire.

La société de gestion est composée d’une équipe de huit associés et dispose d’une architecture opérationnelle de premier plan lui permettant de se concentrer exclusivement sur ses deux métiers cœurs : la gestion des portefeuilles et l’accompagnement dans la durée des investisseurs/porteurs.

Par ces investissements tournés vers l’avenir et grâce à sa fondation à qui nous nous sommes engagés à reverser 10% de nos bénéfices, Lonvia Capital souhaite plus globalement créer un cercle vertueux avec ses parties prenantes et la société dans son ensemble.

Le fonds LONVIA Avenir Mid-Cap Europe Retail est géré par Cyrille Carrière. Quel est son parcours ?

Vous prônez une approche très sélective des titres au sein de ce fonds. Quels filtres sont appliqués et comment prenez-vous vos décisions d’investissement ?
Cyrille Carrière : La stratégie d’investissement déployée au sein du fonds Lonvia Avenir Mid-Cap Europe s’inscrit dans la continuité de celle que j’ai appliqué depuis 2012 et que Cyril de Vanssay a appliqué depuis 2014 au sein des stratégies que nous avons gérées jusqu’en septembre 2020 : Groupama Avenir Euro, G Fund - Avenir Europe et G Fund - Avenir Small Cap.

Elle repose sur l’identification, l’analyse et la sélection de modèles économiques jugés pérennes et créateurs de valeur dans une optique d’investissement de long terme. L’équipe de gestion investit dans des sociétés qu’elle estime à fort potentiel de développement et les accompagne dans la durée. Ces sociétés se caractérisent notamment par un positionnement sur des marchés porteurs et des stratégies tournées vers la croissance via l’innovation produit, l’investissement en capital humain, la conquête de nouvelles clientèles et le déploiement international.

Les valeurs dans lesquelles nous investissons évoluent ainsi dans un cercle vertueux de croissance, utilisant les succès tirés de la justesse de leurs positionnements de marché et de leurs produits pour constamment investir dans leur croissance future. Elles ont ainsi la capacité de se développer de manière considérable en quelques années, passant par exemple d’un acteur de niche local à une entreprise présente sur plusieurs continents.

Le degré de sélectivité est significatif puisque, des 3000 valeurs composant l’univers d’investissement, seules 200 correspondants à nos critères font l’objet d’une analyse financière et extra-financière approfondie.

In fine, Lonvia Avenir Mid-Cap Europe investit sur les 40 à 50 sociétés jugées les plus qualitatives et innovantes.

Une approche en matière d’impact est-elle mise en œuvre ?
Cyrille Carrière : Dès le lancement de Lonvia Capital, notre engagement en matière de finance durable s’est traduit par notre statut de signataire des principes pour l’investissement responsable (UN PRI) et notre engagement à reverser 10% de nos bénéfices afin de soutenir la recherche médicale, l’inclusion sociale et la préservation de l’environnement.

Notre approche d’impact s’appuie sur les piliers suivants :

Des exclusions « de facto » en fonction de l’utilité sociale : par exemple, les sociétés associées aux jeux d’argent, à la spéculation immobilière ou encore aux activités liées directement ou indirectement au tabac sont notamment exclues ;
L’intégration dans le bêta industriel, la modélisation et la valorisation des sociétés des enjeux ESG :
conséquence directe sur la construction du portefeuille ;
La mesure et le suivi actif de l’impact : mesure et évaluation des empreintes carbones et environnementales au niveau des sociétés et des portefeuilles.

Cette approche d’impact positif et d’intégration des enjeux ESG sont partie prenantes historiques de notre processus de sélection de titres.

Quelles sont vos convictions pour l’année à venir et les secteurs que vous regardez en particulier ?
Cyrille Carrière : Notre savoir-faire est exclusivement tourné vers l’identification et l’analyse des sociétés de petites et moyennes capitalisation qui évoluent dans un cercle vertueux de croissance Ces sociétés utilisent les succès tirés de la justesse de leurs positionnements pour constamment investir dans leur croissance future. Elles ont ainsi la capacité de se développer de manière considérable en quelques années, passant par exemple d’un acteur de niche local à une société présente sur plusieurs continents.

Il s’agit pour l’équipe de gestion d’atteindre une connaissance et une maîtrise des modèles économiques permettant de s’extraire des mouvements de court terme (volatilité et effets conjoncturels) et des paramètres sur lesquels nous n’avons pas d’emprise (niveau des taux d’intérêts, prix des matières premières, etc.). Nous sommes, par conséquent, en mesure d’accompagner sur plusieurs années ces sociétés en conservant une rotation faible afin d’en faire bénéficier nos porteurs.

En matière de perspectives sur la classe d’actifs, plus l’horizon de temps considéré est long et plus l’aléa diminue. Ainsi, à moyen/long terme, les sociétés de petites et moyennes capitalisations surperforment mécaniquement leurs homologues de grandes capitalisations. Les small & mid-caps se situent dans des phases de croissance moins matures et plus dynamiques. Elles bénéficient, en outre, d’un effet de mise à l’échelle considérable (nouveaux marchés/pays, nouvelles verticales, innovation produits/technologique, etc.).

En Europe, les small & mid-caps sont par essence le lieu de l’innovation, des produits et des technologies de demain. Si l’Europe ne dispose pas de sociétés de grandes capitalisations équivalentes aux GAFAM, elle dispose de sociétés d’exceptions dans les domaines suivants :

Technologie médicale ;
Innovation digitale ;
Industrie : automatisation, logistique et industrie 4.0 ;
Niches spécifiques de croissance en particulier services et consommation.

Nos portefeuilles sont naturellement positionnés sur ces segments composés de sociétés « mieux-disant » technologique et de leaders mondiaux

Nos lecteurs aiment en savoir plus sur les sociétés qui composent les portefeuilles des fonds présentés. Pouvez-vous nous donner quelques exemples de valeurs détenues et nous donner quelques informations sur leur croissance attendue ?
Cyrille Carrière : Nous vous proposons un focus sur Revenio qui représente 1-2% du fonds Loniva Avenir Mid-Cap Europe.
C’est une position importante en dehors du top 10 communiqué publiquement sur le site web et nos rapports mensuels.

Nous avons initié les premières positions en 2017. Depuis, la capitalisation boursière de la société est passée de 200/300 Mn€ à 900Mn€/1Md€.

REVENIO : synthèse du cas d’investissement

Entreprise finlandaise, Revenio développe des solutions de diagnostics ophtalmiques innovantes ;
Le marché sous-jacent est en croissance structurelle de >5% par an ;
La technologie Revenio unique est en phase de devenir un standard dans le monde ophtalmique permettant à la société de gagner des parts de marché ;
Les investissements en R&D pour le lancement de nouveaux produits sont significatifs ;
La stratégie d’expansion géographique et d’entrée dans de nouveaux segments notamment via acquisitions permettra à Revenio de changer d’envergure dans les prochaines années.



Alors que la croissance de la société s’appuie sur de multiples couches de déploiement dont les mégatendances de la santé, le « mieux disant » technologique iCare* et l’expansion internationale, l’excellente dynamique opérationnelle de Revenio se traduit en performances boursières importantes à court et moyen et long terme. La performance boursière de REVENIO est de 620% sur 5 ans et 14% depuis le début de l’année au 14 avril 2021.

[*iCare : Instruments de mesure de la pression oculaire via une sonde dirigée en direction de la cornée]

10% de leur chiffre d'affaires est consacré à la R&D (ils réalisent des marges de 25%/30% après déduction des 10% investis dans la R&D). En outre, la stratégie d’acquisition du groupe permet d’étendre leur zone de couverture à d’autres maladies et de sortir de la « niche » iCare (toutefois déjà importante).

Revenio a connu une croissance de +15%/+20% par an entre 2014 et 2018. Au cours de cette période, ils ont doublé leur chiffre d'affaires.

L'expansion aux États-Unis a été couronnée de succès : la société détient 25 % du marché et est présente auprès de 50 000 ophtalmologistes et 15 000 médecins.

Evolution du bénéfice avant intérêts et impôts
Source REVENIO

Enfin, quel est l’objectif de performance pour Lonvia Avenir Mid-Cap Europe Retail ?
Cyrille Carrière : L’objectif de performance pour Lonvia Avenir Mid-Cap Europe Retail est de surperformer son indice de référence, représentatif des petites et moyennes capitalisations européennes cotées en bourse, le MSCI Europe SMID Cap Index (NR, EUR).

POINT MACRO :

Nous nous focalisons uniquement sur l’analyse des sociétés dans lesquelles nous investissons. En effet, à court terme, les marchés financiers peuvent être influencés par des éléments conjoncturels (volatilité, spéculation, effet de mode/flux). Mais à moyen/long terme, le cours de bourse d’une société converge vers sa valeur économique. L’évolution de son cours est donc le reflet de sa capacité à faire croître son chiffre d’affaires et ses marges.

Si lors d’une sortie de crise, les composantes qui ont le plus souffert, comme les matières premières, l’aéronautique civil ou encore les financières, peuvent temporairement bénéficier d’un effet de rattrapage (rotation sectorielle cyclique), seules les sociétés au positionnement juste qui se situent dans un cercle vertueux de croissance consistant à réinvestir les fruits de leur croissance dans la recherche et le développement ainsi que leur expansion produit/géographique ont la capacité de surperformer durablement. La meilleure façon selon nous de bénéficier de cette surperformance de long terme est de rester investi dans la durée sans se soucier des effets de mode.

Mis à jour le 16/04/2021

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h30
Le samedi de 9h30 à 13h00