Zoom sur le fonds Pictet Timber, fonds positif pour la planète

  1. Yann Louin
  2. Senior Sales Manager
  3. Pictet Asset Management
Assurancevie.com s’est entretenu avec Yann Louin, Senior Sales Manager. Cette interview est l’occasion de faire un zoom sur le fonds Pictet-Timber : seul fonds dont l’impact carbone est positif pour la planète.

Interview achevée de rédiger le 25/03/2021

Pouvez-vous nous présenter votre société de gestion ? Quelles sont ses particularités et ses axes de développement sur le marché français ?
Yann Louin : Le groupe Pictet, fondé en 1805 à Genève, est un acteur majeur des services de gestion de fortune et d’investissement en Europe.
Dirigée par un collège de 7 associés, Pictet est une société privée et non cotée.
Pictet Asset Management est une entité indépendante au sein du groupe Pictet, dédiée à la gestion d’actifs pour le compte d’investisseurs institutionnels et d’intermédiaires financiers depuis 1980.
Avec plus de 1000 collaborateurs répartis sur 19 sites à travers le monde, Pictet AM gère 206 milliards d’actifs au travers de stratégies actions, obligataires, alternatives et multi-actifs.
Pictet AM est pionnier de l’investissement thématique. Depuis plus de 25 ans, notre modèle est basé sur l’identification des mégatendances, ces profondes mutations géopolitiques, sociétales ou démographiques, qui affectent l’économie mondiale de façon structurelle et qui façonnent le monde de demain.

Aujourd’hui composée de 15 stratégies d’investissement, notre gamme de fonds thématiques apporte des solutions d’investissement à quatre grands défis mondiaux : sanitaire, social, technologique et climatique.
Afin d’assurer la solidité de nos idées d’investissement, chaque fonds thématique est géré par une équipe de professionnels spécialisés, accompagnés, pour chaque stratégie, d’un conseil consultatif composé de personnalités de premier plan, issues du monde de l’entreprise, des sciences et de l’université.

Le fonds Pictet Timber a attiré notre attention car sa thématique est plus que d’actualité, et que ses performances depuis le début de l’année sont excellentes : pouvez-vous nous présenter ce fonds ?
Yann Louin : Pictet-Timber est un fonds investi en actions internationales, créé en 2008.
Le bois est une ressource extrêmement polyvalente. Il constitue un excellent matériau de construction et sert de base à une grande variété de produits d’emballage, d’hygiène et de chauffage.
Les arbres jouent un rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique en absorbant et fixant le carbone. Les forêts gérées de manière durable permettent de protéger les sols et les sources d’eau, mais aussi de favoriser la biodiversité.
Alimentée par la croissance économique et le développement démographique, la demande de bois et de produits sylvicoles augmente rapidement. Cependant, en raison de la déforestation, des parasites et des feux de forêts, environ 170 millions d’hectares de forêts, soit sept fois la superficie du Royaume-Uni, auront disparu d’ici 2030.
La stratégie Timber investit dans l’ensemble du secteur forestier, y compris les exploitations de terres forestières, depuis la plantation d’arbres et de forêts jusqu’à la transformation du bois pour répondre aux besoins de la construction, de l’industrie et des particuliers.
Pictet-Timber est labellisé ISR, il est le seul fonds dont l’impact carbone est positif pour la planète.
Son encours au 28/02/2021 est de 672 millions d’euros.

Y a-t-il un secteur d’activité ou bien une zone géographique qui prédomine dans votre approche de gestion ?
Yann Louin : Les exploitations forestières gérées de manière durable représentent le premier segment d’investissement du fonds.
La stratégie investit dans l’ensemble de la filière bois : produits dérivés du bois, cartons d’emballage, construction bois, produits d’hygiène, etc…



Le fonds Timber présente un biais « value », relatif à son univers d’investissement et au processus d’investissement qui vise à déceler les valeurs sous cotées. Les petites et moyennes valeurs représentent 60% du portefeuille.

Le fonds est surexposé à l’Amérique du Nord (États-Unis : 44%, Canada : 16%) et à l’Europe du Nord (Finlande : 7,5%, Suède : 5,5%)

Comment la crise sanitaire a-t-elle impacté votre stratégie ?
Yann Louin : Le béta du fonds est d’environ 1,4.
Durant la crise de 2020, le fonds à plus souffert que son indice de référence, avant de fortement rebondir.
- Entre le 14/02/2020 et le 23/03/2020, le fonds a réalisé une performance de -38,7% contre -33,1% pour le MSCI ACWI Eur.
- Entre le 23/03/2020 et le 15/01/2021, le fonds a réalisé une performance de +82,2% contre +54,0% pour le MSCI ACWI Eur.
Dans le passé, Timber a été la stratégie thématique Pictet AM la plus performante dans les années post-crises (2009 et 2012).

Avez-vous dans votre approche de gestion un biais ESG dans le cadre de ce fonds ?
Yann Louin : Toutes les stratégies thématiques Pictet AM intègrent des critères ESG dans leur processus de gestion.
Pictet-Timber est labellisé ISR et classé Article 9 suivant la règlementation SFDR.

Le bois est un formidable allié dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le captage carbone est au cœur de tous les plans environnementaux. Les arbres sont des puits à carbone. Grâce à la photosynthèse, les arbres absorbent du CO2 et le stockent dans leur biomasse. Cependant, le CO2 absorbé est libéré lors de la décomposition de l’arbre, d’où l’importance de la gestion durable des forêts.
Ainsi, en additionnant la photosynthèse et le stockage carbone, chaque mètre cube de bois réduit de 2 tonnes le CO2 présent dans l’atmosphère.



Le fonds Pictet-Timber est le seul fonds dont l’impact carbone est positif pour la planète.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de valeurs en portefeuille en nous expliquant pourquoi elles font partie de votre sélection ?
Yann Louin : Malgré la reprise du secteur, les entreprises qui opèrent dans le bois d’œuvre traitent sur des niveaux inférieurs à leur valeur nette d’inventaire, à l’image des sociétés ci-dessous que nous détenons en portefeuille.



À titre d’exemple, Weyerhaeuser (USA), est le plus grand propriétaire de forêts privées au monde, avec 14 millions d’hectares exploités au Canada, et 11 millions aux États-Unis. Weyerhaeuser produit également du bois d’œuvre, ainsi que des matériaux de construction à base de bois, dans ses 35 usines situées sur le continent nord-américain. Les exploitations forestières sont d’une très grande qualité et la productivité de la société est la meilleure du secteur.

La société gère de manière durable les forêts plantées, et s'engage dans des accords de conservation. La demande de matériaux à base de bois ne cesse d'augmenter, ainsi que l’attrait pour les forêts en tant que puits de CO2. Ainsi, nous pensons qu’en raison de son offre limitée, la valeur des terrains forestiers en tant qu'actifs réels continuera d’augmenter dans les prochaines années.

La reprise du marché de la construction aux États-Unis va profiter à Weyerhaeuser, qui est le 3ème producteur de bois d’œuvre du marché. Weyerhaeuser est également très présent à l’international, notamment sur des marchés à forte valeur ajouté comme le Japon.

Quel est son objectif de performance ? Qu’en est-il de son historique de performance y compris par rapport à son indice de référence ?
Yann Louin : L’objectif du fonds est de surperformer son indice de référence, le MSCI ACWI Euro, sur le moyen et long terme.
Depuis le 1er janvier, le fonds est en progression de +15,5%, contre +7,2% pour son indice de référence.
Sur 5 ans, le fonds réalise une performance d’environ 80%, en ligne avec son indice de référence, sans détenir de valeur du secteur technologique, qui a porté les marchés ces dernières années.

Quelles sont vos perspectives pour les prochains mois ?
Yann Louin : Depuis plusieurs semaines, le fonds bénéficie pleinement de la rotation sectorielle, des valeurs de croissance vers les valeurs cycliques.

À plus long terme, plusieurs éléments semblent démontrer le potentiel du thème.

Le marché de la construction immobilière est en pleine transition :

- Reprise du marché immobilier US : le marché américain est le premier marché de bois d’œuvre au monde, la majorité des maisons y sont construites en bois. Alors que le stock de maisons à vendre n’a jamais été aussi bas, les attentes des constructeurs sont à des niveaux records.
- Innovations des constructions en bois : le « Mass Timber » est un matériau nouvelle génération qui permet de construire des immeubles offrant une rigidité et une résistance face aux incendies au moins équivalente au béton et à l’acier, tout en divisant l’impact carbone par 10. Les bâtiments sont responsables d’environ 40% des émissions de gaz à effet de serre (construction + exploitation). Le bois accumule du dioxyde de carbone au lieu d’en rejeter.
- Nouvelles normes de construction : à l’image de la future règlementation RE2020 concernant les bâtiments neufs, le bois sera favorisé dans les constructions neuves afin d’en réduire l’impact carbone.

La réglementation autour des matières polluantes est de plus en plus drastique :

- Fin du « tout plastique » : le plastique à usage unique est progressivement banni à travers le monde, et presque tout ce qui est produit à partir de pétrole peut également l’être à partir de bois. Le bois est composé principalement de cellulose et de lignine, molécules organiques à base de carbone qui peuvent être utilisées pour produire des biocarburants, des bioplastiques, des cathodes pour les batteries ou encore de la viscose pour les vêtements.
- Emballages responsables : l’industrie alimentaire accélère sa transition vers des emballages recyclables. Nestlé a récemment remplacé les emballages de plusieurs de ses produits (Maggi, Nesquik) par des emballages en cellulose enduite fabriqués à partir de journaux, revues et magazines. De même concernant l’utilisation des bouteilles en plastique, de plus en plus contrainte, incitant les industriels à utiliser des matériaux recyclables.

Les modes de vie évoluent rapidement à travers le monde :

- Croissance du e-commerce : la crise sanitaire a accéléré la croissance du e-commerce. Les cartons-caisses utilisés pour la livraison sont fabriqués à partir de pâte-à-papier.
- Augmentation du niveau de vie dans les pays en développement : 3 milliards de personnes devraient rejoindre la classe moyenne d’ici à 2050, avec pour conséquence une augmentation de la consommation de produits d’hygiène à base de papier.

Enfin, en tant que bien tangible, la forêt offre une protection intéressante contre l’inflation. Les forêts ont une croissance de 2 à 3% par an et s’échangent généralement à des prix inférieurs aux volumes de bois disponibles par parcelle.

Mis à jour le 02/04/2021

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h30
Le samedi de 9h30 à 13h00