Qu’est-ce qu’un tracker/ETF ?

Qu’est-ce qu’un tracker/ETF ?

Chez Assurancevie.com, nous avons toujours mis l’accent sur les trackers dans une logique de diversification de son contrat d’assurance vie ou de son contrat d’épargne-retraite. Mais connaissez-vous vraiment ces fonds indiciels très peu chargés en frais ? On vous dit tout !

Dans la sphère financière, il existe deux styles de gestion de portefeuille aux caractéristiques et ambitions bien spécifiques : la gestion active et la gestion passive.

Pour faire simple, la gestion active regroupe les fonds actions, les fonds obligataires, de même que les fonds diversifiés. Ceux-ci poursuivent une stratégie d’investissement définie dans les statuts (par exemple : investir dans les actions françaises de petite capitalisation, investir dans des obligations d’entreprises de la Zone Euro) et reflètent les convictions fortes du gérant. Ce dernier, accompagné d’une équipe d’analystes, va suivre, arbitrer et sélectionner activement les valeurs de son portefeuille en vue de battre un indice de référence. La performance des fonds de la gestion active est donc le fruit de la réflexion et du travail du gérant.

Quant à la gestion passive, représentée par les trackers, elle est aux antipodes, dans la mesure où sa promesse est de répliquer, le plus fidèlement possible, l’évolution à la hausse et à la baisse d’un indice boursier. Ni plus, ni moins. Pour rappel, un indice boursier regroupe plusieurs valeurs pour permettre d’apprécier une tendance de marché ou d’un secteur. En France, l’indice boursier le plus connu est le CAC 40. Comme son nom l’indique, il englobe les 40 plus grandes sociétés françaises en termes de capitalisation.
Ainsi, la gestion passive est pilotée par des modèles qui ne mobilise pas les mêmes compétences humaines que la gestion active. La performance des trackers n’est donc pas la signature d’un gérant.

LA GRANDE FAMILLE DES TRACKERS

Également appelés ETF (pour Exchange Traded Fund), les trackers sont des fonds indiciels cotés en bourse qui calquent comme on l’a vu précédemment la progression à la hausse ou à la baisse de leur sous-jacent.
Ils sont très plébiscités depuis des années dans les pays anglophones et gagnent en popularité en France. Ainsi on les trouve désormais dans l’offre en unités de compte(1) de nombreux contrats d’assurance vie, voire dans des contrats d’épargne retraite à l’instar des PER.
Les trackers sont une grande famille. Il y a pour tous les goûts. Par exemple, chez Assurancevie.com, le contrat d’assurance vie Puissance Avenir référence à lui tout seul plus de 90 trackers. Sur les pages concernées de notre site internet, nous proposons des filtres pour les isoler facilement. Autre moyen, pour les reconnaître, les trackers affichent la mention ETF dans leur petit nom (exemple : Lyxor CAC 40 UCITS ETF Dist).
Certains ETF suivent un indice d’un pays (exemples : le CAC 40 pour la France, le DAX pour l’Allemagne, le S&P 500 pour les États-Unis, le Nikkei pour le Japon…). Il peut s’agir d’un pays développé comme aussi bien un pays émergent.
Le tracker peut également reposer sur un indice spécialisé dans un domaine (exemple : le Nasdaq qui est composé de valeurs technologiques américaines) ou dans un secteur d’activité (santé, finance, biens de consommation, énergie, eau, immobilier…). On trouve enfin des trackers qui suivent un panier d’actions voire un panier d’obligations. Parmi les trackers « obligataires » on peut citer des ceux dédiés aux emprunts d’États, aux emprunts d’entreprises, ou encore aux obligations indexées sur l’inflation.
Dans le libellé de certains trackers, on peut lire la précision « Hedged » ou bien encore «hdg ». Cela signifie que la version de ce tracker propose une couverture contre le risque de change.

Zoom sur les trackers à effet de levier

Au sein de la famille des trackers, certains présentent la caractéristique d’être à effet de levier. Dans ce cas, si par exemple l’effet de levier du support est de 2, la hausse ou la baisse du sous-jacent sera multipliée d’autant.
Prenons l’exemple d’un tracker A qui vise à reproduire l’indice du CAC 40, avec un effet de levier de 2. Schématiquement (et sans prendre en compte les frais), si le CAC 40 affiche une performance quotidienne de +2%, le tracker A enregistrera alors une performance de +4%.

Ces fonds sont reconnaissables par leur nom qui se termine notamment par « Daily Leverage ». Exemple : Lyxor UCITS ETF Euro Stoxx 50 Daily Leverage. Ils font partie de la catégorie Morningstar™ « Trading - Leveraged/Inverse Actions » ou « Trading - Leveraged/Inverse Obligations » par exemple.

D’autres trackers, peuvent également évoluer à l’inverse de leur sous-jacent. Ainsi, la valeur de cotation du tracker augmente quand l’indice sous-jacent baisse.
Prenons l’exemple d’un tracker B qui vise à reproduire l’indice du CAC 40 en sens inverse avec un effet de levier de 2. Schématiquement (et sans prendre en compte les frais), si le CAC40 affiche une performance quotidienne de -2%, le tracker enregistrera alors une performance de +4%.

Afin d’identifier ce type de trackers, leur dénomination présente les termes « Double Short ». Exemple : Lyxor CAC40 Daily Double Short UCITS ETF (Eur). Ces supports font partie aussi de la catégorie Morningstar « Trading - Leveraged/Inverse Actions » ou « Trading - Leveraged/Inverse Obligations » par exemple.

Le conseil d’Assurancevie.com

Ces trackers sont destinés à des investisseurs avertis, qui ont bien compris le mécanisme de levier quotidien. Avant tout investissement, consultez le DICI (Document d’Informations Clés pour l’Investisseur) du fonds pour vous assurer de la pertinence de votre sélection par rapport à vos objectifs. Les DICI de chacune des unités de compte de votre contrat est consultable sur notre site internet www.assurancevie.com.

LES FRAIS DES TRACKERS

Les trackers sont des produits plutôt simples (hormis ceux à effet de levier), transparents et liquides. La gestion se faisant sans l’intervention d’analystes financiers, les frais d’administration des trackers sont bien plus faibles que ceux des OPCVM classiques. On peut par exemple trouver des trackers affichant seulement 0,4% voire 0,3% de frais de gestion annuels. Cette caractéristique constitue un véritable moteur de performance à elle toute seule !

Ayez toutefois à l’esprit qu’un investissement sur des trackers peut être facturé. De même que le désinvestissement. Ainsi, chez Assurancevie.com, si vous souhaitez investir sur ce support, l’assureur ponctionnera 0,1% de frais à l’entrée et à la sortie.

(1)AVERTISSEMENT : l’investissement sur les supports en unités de compte dans le cadre de la gestion sous mandat ou de la gestion libre présente un risque de perte en capital. L’assureur ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte mais pas sur leur valeur. La valeur de ces unités de compte qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations, à la hausse ou à la baisse, dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.

Mis à jour le 30/06/2022

01 44 76 87 60
Du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h30
Le samedi de 9h30 à 13h00