Bilan 2017 des SCPI

Depuis quelques années, les Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ont le vent en poupe grâce à des rendements généreux.

UNE PRIME DE RISQUE ÉLEVÉE

Cette année encore, le rendement moyen des SCPI (hors fiscales) a montré une légère baisse. Il reste néanmoins à un niveau élevé de 4,43 %, contre 4,64 % en 2016.

Ce fléchissement s’explique par deux éléments. D’abord, les gestionnaires ont relevé le prix des parts, en moyenne de 1,79 % (prix moyen pondéré), afin de refléter l’appréciation du marché immobilier. D’autre part, ils ont opté pour une politique de distribution prudente à cause de la baisse constatée des loyers : les revenus versés ont décru de 3,28 %. En clair : les détenteurs de SCPI ont vu leur portefeuille s’apprécier l’année dernière mais ont perçu de moindres revenus.
Cette baisse est tendancielle. La rémunération servie par les SCPI s’érode chaque année. Ces produits conservent néanmoins une confortable prime de rémunération en comparaison d’alternatives moins risquées. L’actif sans risque par excellence, l’obligation de l’Etat français à 10 ans, rémunérait ainsi fin 2017 autour de 0,78 %. Les SCPI conservent donc encore un couple rendement-risque très intéressant.

Rendement des SCPI depuis 10 ans

2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
5,84% 6,07% 5,47% 5,22% 5,21% 5,15% 5,08% 4,85% 4,64% 4,43%

Source : ASPIM-IEIF

Variation du prix moyen de la part des SCPI

2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
-5,36% +5,43% +2,78% +2,99% -0,25% +0,65% +0,54% +1,55% +2,34% +1,79%

Source : ASPIM-IEIF

LA COLLECTE VOLE DE RECORD EN RECORD

Forcément, ces niveaux de rendement ont suscité l’engouement des épargnants. En témoignent les capitaux drainés qui chaque année font tomber les records.
L’année 2017 n’a pas failli à cette règle : la collecte nette a bondi de 15,2 % pour s’établir à 6 milliards d’euros. Du jamais vu dans l’histoire des SCPI. Difficile de se rappeler qu’il y a quelques années on annonçait tout bonnement la mort des SCPI ! Trop poussiéreuses, trop contraignantes et pas assez liquides, elles ne devaient pas faire le poids face aux petits nouveaux, dont les OPCI (Organisme de Placement Collectif en Immobilier).
Aujourd’hui le défi pour les gestionnaires de ces produits est autre : faire face à leur succès et trouver des biens immobiliers rentables dans lesquels investir l’argent frais déversé par les épargnants. D’où l’apparition de nouveaux produits mettant l’accent sur les marchés européens ou sur des secteurs bien spécifiques comme la santé.

Les SCPI, une solution patrimoniale pour préparer sa retraite

Même si certains professionnels ne veulent pas oser le rapprochement, il n’est pas sûr que les SCPI auraient rencontré le même destin si les marchés financiers n’avaient pas été aussi nerveux ces dernières années, et si les taux longs n’avaient pas été aussi cramponnés à des niveaux planchers.
Une autre raison peut expliquer le succès des SCPI : la préparation à la retraite. Face à un système de retraite par répartition qui vacille, un nombre croissant d’épargnants prennent conscience qu’il faut se créer des revenus complémentaires pour leurs vieux jours. L’immobilier est une formidable solution patrimoniale mais l’investissement en direct (par exemple l’achat d’un appartement en vue de louer) n’est pas à la portée de tous en raison du montant du ticket d’entrée et du temps de gestion qu’il exige.

Les SCPI n’affichent pas toutes ces contraintes. Comme il s’agit d’un placement collectif, le ticket d’entrée est beaucoup plus faible : quelques centaines d’euros suffisent pour investir dans des parts de SCPI. Le patrimoine locatif est géré par des professionnels, en l’occurrence des sociétés de gestion agréées par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers). Ils s’occupent de tout en lieu et place des investisseurs.
Enfin, les particuliers ont certainement été conquis par la souscription à géométrie variable des parts de SCPI : au comptant, à crédit, en pleine propriété, en nue-propriété ou bien encore comme une unité de compte au travers de l’assurance vie… Il y en a pour tous les goûts et tous les besoins patrimoniaux.

AVERTISSEMENT
L’investissement en SCPI ne comporte aucune garantie de capital ou de rendement. Dans le cadre de l’assurance vie, les SCPI sont des unités de compte. L’assureur ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, mais pas sur leur valeur. La valeur de ces unités de compte, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse comme à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, et ne sont pas constantes dans le temps.

Mis à jour le 05/09/2018

01 44 76 87 60
De 8h30 à 19h00
Du lundi au vendredi